Eloge de la sieste

Après le déjeuner, comme souvent le week-end, je me suis posé un moment avec mon livre, et au bout de 10 minutes, me voici lové dans les bras de Morphée

Un repos bien mérité

La force de l’habitude fait qu’en général je suis réveillé assez tôt. Mes journées de travail commençant à 8h, je suis en général arraché au sommeil aux alentours des 6h… week-end inclus. Donc forcément, lorsque la phase digestive commence, je pique du nez … ce qui donne parfois des scènes assez cocasses au travail.

Me voilà à moitié ensuqué devant mon écran, combattant des bâillements qui s’enchaînent et passant un bon quart d’heure à lutter contre l’envie de m’endormir devant la tâche abrutissante qui m’attend. Pour le coup, si on me laissait 20 minutes de repos, je serai au retour bien plus efficace. Et tout laisse penser que je ne suis pas le seul dans cette situation.

La sieste, un progrès social ?

Des études très sérieuses, de la NASA, de l’INRS (pdf) démontrent les vertus d’une sieste de 15 à 20 minutes sur le lieu de travail. Vigilance accrue, risque d’accidents réduits des moitié … les bénéfices seraient nombreux. Et en prime, chacun.e trouverait son petit moment de détente au sein de l’entreprise, renforçant la convivialité.

Seulement, dans notre société productiviste, où le présentéisme fait encore des ravages (et la crise sanitaire n’arrange rien), la sieste a mauvaise presse. Pratique de fainéants, d’improductifs ou de babas cools, rien n’est fait pour donner une bonne image à une pratique qui semble n’avoir que des bénéfices.

Pas le temps à perdre ?

Dans mon job, les pauses sont minutées (3 minutes par heure travaillées, ou un forfait de 30 minutes pour une journée de 7h. Ce qui conduit à avaler en vitesse un déjeuner composé de plats préparés, sandwichs ou sa gamelle ramené de la maison. Il faut se presser, même pour le repas. Pas le temps de lambiner, t’es là pour bosser et pas pour te détendre.

Il serait temps de sortir de ce modèle punitif, de passer à des méthodes plus civilisées. Probablement, mesdames et messieurs les managers, esclavagistes des temps modernes, que vos équipes vous remercieraient largement de penser à leur bien-être.

Et bonne sieste !!!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :