You are currently viewing Être un dossier en souffrance

Être un dossier en souffrance

Ce n’est pas un secret, mon gamin souffre de troubles nécéssitant des soins réguliers, et à ce titre il bénéficie d’une reconnaissance de son handicap. Bienvenue dans une sacrée galère !

La galère médicale

Les troubles potentiels ont été détectés dès la maternelle, et a débuté alors une prise en charge par le Centre Médico-Psychologique du coin. Première erreur : la responsable du service avait semble-t-il une vision très particulière sur sa science, n’hésitant pas à rendre les parents responsables des troubles de leur progéniture, et étant absolument hermétique à ce qu’il se passait en dehors de SON univers. Autant dire que l’inclusion des parents dans le parcours de soins s’est extrêmement mal passée.

Lors de l’entrée au collège de mon fils, un passage du dossier devant la commission de la MDPH a révélé un certain nombre de failles dans le suivi, au point que la Fondation dont dépendait ce CMP a dû lancer une enquête approfondie sur le fonctionnement de cet établissement. Nous apprîmes par la suite qu’une grande partie de l’équipe soignante avait été “renouvelée“, tant mieux pour les autres gamins, mais que de temps perdu…

La galère administrative

Qui dit reconnaissance de handicap, dit prise en charge des soins par la Sécurité Sociale (le fameux “100%“, où la solidarité nationale protège les plus faibles). Sauf que, comme tu le sais probablement, ami lectrice ou lecteur, sa maman et moi sommes divorcés, et donc nos chérubins sont inscrits sur nos 2 cartes Vitale.

Sa maman bénéficie d’un régime spécifique aux fonctionnaires de sa catégorie, et ne dépend pas du régime général. Et il semble qu’entre ces deux régimes les loupés de communication soient légion. Ainsi, la reconnaissance d’Affection Longue Durée (ALD), est parfaitement reconnue sur la carte Vitale de la maman. Pour ce qui concerne la CPAM, c’est une autre histoire. Je ne parle même pas de la mutuelle (imposée par mon employeur), qui encaisse allègrement ses cotisations mais qui traîne des pieds à chaque facture … si le fonds de pension derrière peut profiter de quelques interêts sur le dos des assurés, il n’y a guère de raisons de se priver !

Me voilà donc depuis plusieurs semaines pendu au téléphone, à essayer de contacter un interlocuteur bienveillant à qui je raconte mon histoire, qui comprend mais ne peut rien y faire, à envoyer des courriers reçus (preuve postale à l’appui), mais jamais ouverts ou jamais traités, et à devoir galérer avec des professionnels de santé pour accompagner mon fils durant ses soins. Sans le Sésame détenu par sa mère, nous voilà vite dans une galère insurmontable. Heureusement que nous avons gardé de bonnes relations …

Le mépris de classe

Et me voilà donc en conflit, à nouveau, avec un soignant de mon fils, qui, par la faute d’erreurs administratives en chaîne, voit une partie de ses prestations impayées à ce jour. Ne sachant vers qui se tourner, iel (coucou Jean-Mich’) me réclame bien évidemment cette somme (que je n’ai pas).

Je me vois donc astreint à payer une somme qui aurait normalement dûe être versée par la CPAM, catégorisé comme “mauvais payeur“, et presque responsable d’avoir un fils handicapé. Le tout par un professionnel de santé qui sans être riche, n’a probablement pas les mêmes problèmes de compte à sec le 15 du mois, et pourra se passer quelques temps des 15% de mon salaire qu’il me réclame en arriérés.

Je ne nie pas le travail fait par ce spécialiste, et je ne refuse pas de payer. Je demande simplement à ce que le droit soit appliqué, que les règles de solidarité qui sont les mêmes pour tous soient respectées, et ne pas être maltraité ou considéré comme responsable des troubles de mon gamin. Ce n’est pas simple d’être parent, encore moins lorqu’on se sent impuissant face à la souffrance de son gosse. On se passe facilement des carences et du mépris d’une institution malmeneé par des années de “réduction des coûts“.

Bref, je suis enervé … mais vraiment !

Cet article a 2 commentaires

  1. Morenas

    Oufffff …. Je suis tellement désolé pour toi pour vous … déjà que c’est une situation difficile rien ne facilite les choses qui devraient l’être ! Tout ça pour des questions de paperasse ! je suis aussi en colère de te lire .. c’est fou et tu dois avoir la tête pleine ! En + du travail et des cours franchement bravo .. je te souhaite bon courage et j’espère que tout va vite rentrer dans l’ordre .. je tenais aussi à te féliciter j’adore ta manière d’écrire même quand il s’agit de choses pas drôle comme celle ci ! Courage !

    1. Stéphane Gauthier

      Merci ma belle !
      Y’a de quoi avoir la rage face à de tels murs d’incompréhensions. Mais ça rentrera forcément dans l’ordre…
      Merci pour tes mots ça me touche

Laisser un commentaire