HPI : Humains Potentiellement Incompris ?

Mes deux enfants sont considérés comme des Hauts Potentiels Intellectuels (ou HPI) … et ce que la littérature scientifique décrit me laisse fortement penser que j’en fus un aussi !

On pourrait croire que c’est génial, dit comme ça. En fait pas vraiment. Petite plongée dans un monde en décalage.

L’arbre des possibles

Pour beaucoup de HPI, la pensée se fait en arborescence : chaque idée génère une multitude de sous-idées, qui elles-mêmes en créent d’autres. Et ça foisonne en quasi-permanence, tout se lie et se relie dans un flot continu. Pour avoir une idée de ce que ça représente, il suffit d’aller sur Wikipédia, de prendre une page au hasard et de sauter d’un lien à l’autre. On peut ainsi, saut après saut, se retrouver de la Creuse à l’histoire de la monarchie thaïlandaise sans s’en rendre compte.

Dans mon cerveau, c’est la même chose. Chaque pensée en génère des multitudes d’autres et le raisonnement est vite impossible à suivre pour la plupart des personnes (alors qu’elles sont toutes parfaitement reliées pour le sujet HPI). Du coup, pour une personne utilisant une pensée séquentielle, le HPI est impossible à suivre, et inversement celui-ci va se sentir incompris.

Par ailleurs, le cerveau ne s’arrête pour ainsi dire jamais. Il est en constante activité, voire suractivité. C’est épuisant, moralement comme physiquement. Chaque objet, chaque événement déclenche la machine, et elle tourne de façon quasi-permanente à plein régime… c’est un marathon neuronal quotidien.

L’ennui

On dit souvent des enfants HPI qu’ils s’ennuient à l’école.. le problème c’est souvent qu’une fois adulte cet état persévère. Dans tous les boulots il y a une part de tâches répétitives, et pas toujours très valorisantes. Et alors là, bonjour la purge. Tous les stratagèmes sont bon pour en repousser l’exécution au plus tard possible, et pour, quand ça devient nécessaire, l’optimiser.

Le problème résulte du mode de pensée : pour pouvoir investir la tâche, il faut pouvoir lui donner un sens, en comprendre les implications en amont comme en aval .. et disons le clairement, le mode de fonctionnement de la société fait que bien souvent ces informations ne sont jamais claires. On explique rarement les tenants et les aboutissants. La chaîne considère que le maillon est là pour exécuter sans trop se poser de questions.

Il en résulte souvent des rapports difficiles avec tout ce qui peut représenter une hiérarchie, une autorité. On pourrait croire ainsi que les HPI sont des personnes difficiles à gérer, alors qu’elles sont justes en demande d’informations et de sens à ce qu’on attend de leur part.

Solitude

Voilà notre HPI face à un monde qui ne le comprend pas et qu’il ne comprend pas plus. Un cocktail détonnant. Forcément les rapports humains sont difficiles, le sentiment d’incompréhension conduit à l’isolement, au repli sur soi. Comment aller vers les autres dès lors qu’ils me semblent tous complètement idiots, comment se conformer à des codes qu’on ne comprend pas et qui n’ont aucun sens, comment s’intégrer face à des gens qui n’avancent pas au même rythme ?

Beaucoup d’entre eux se sentent incompris … et s’isolent. Ils apparaissent souvent comme repliés sur eux-mêmes, recroquevillés dans leur zone de confort, et difficile d’accès. Par ailleurs, beaucoup d’entre eux ne maitrisent pas (ou assez mal) les conventions sociales, parce qu’elles leur apparaissent souvent complètement illogiques. Ils utilisent très souvent une communication spontanée, sans filtres, qui peut paraître arrogante voire blessante, l) ou leur intention est juste d’exprimer leur pensée. Donc parfois l’isolement c’est un moindre mal …

En clair, un HPI n’est pas un génie arrogant et méprisant. Ni un fou. Juste une personne qui pense différemment ! Et qui aimerait bien, que de temps en temps, on le comprenne sans le juger.

Related Posts

5 thoughts on “HPI : Humains Potentiellement Incompris ?

  1. Je sais ce que c’est : ma nièce a ce machin, elle ne supporte plus l’école où elle est victime d’harcèlement, conséquence de ce dont tu parles à la fin. C’est un de ces bordel. Sans compter l’incompréhension des gens qui confondent avec surdoués et surtout ceux qui utilisent haut potentiel à tort pour faire croire que les mômes sont plus intelligents que les autres.

    Ma nièce décrit parfaitement les symptômes dont tu parles, comme le cerveau qui virevolte non stop…

    1. Oui c’est hyper difficile de se « poser » autour d’une seule tâche. Et encore plus difficile de se poser pour ne rien faire.
      La bonne nouvelle c’est que par rapport aux générations précédentes la prise en charge s’améliore. Mon gamin travaille avec une ortophoniste, pas pour gommer cette « particularité » mais pour apprendre à mieux l’utiliser face au reste de la société. J’aurais apprécié avoir ces outils à l’époque.

Répondre à Stéphane Gauthier Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :