Peur sur la droite !

Depuis ce week-end, les politiques de droite … et de droite sont terrorisés. Et il faut dire qu’il y’a de quoi !

Les castors ne répondent plus.

Depuis 3 ans, les Marcheurs instillent l’idée qu’ils sont la seule et unique alternative face à l’extrême-droite, et donc le vote utile. Ils se sont ainsi octroyés le droit de mettre à bas réformer les droits sociaux, prenant aux plus précaires (chômeuses et chômeurs, retraité-es) de quoi redistribuer aux plus riches … espérant un ruissellement qui ne viendra jamais.

Du coup, la Une de Libé ce week-end a fait l’effet d’une déflagration. Comment est-il possible que des électrices et électeurs (en particulier de gauche), méprisé-es, humilié-es, matraqué-es depuis 3 ans par le pouvoir se permettent ainsi de déclarer à qui veut l’entendre qu’ils ne feront pas barrage en cas de second tour opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen? Comment ceux qui ne sont rien osent faire défection, osent ne plus avoir confiance dans ce pouvoir qui les prend de haut, pour les protéger face au danger de l’extrême-droite ?

Voilà donc les ministres qui défilent sur les plateaux télé, jurant le coeur sur la main qu’ils et elles ont une sensibilité de gauche, tout en annonçant qu’ils et elles vont continuer leur entreprise de démolition des droits sociaux entamée depuis le début du mandat. Changez rien les gars (et les filles) , vous avez tout compris.

Je sais pas vous …mais moi j’y crois pas !

(Je tiens à préciser que je ne souhaite en aucun cas une victoire de l’extrême-droite, qui serait mortifère pour notre pays. Mais qu’en l’état, celles et ceux qui sont au pouvoir ne m’inspirent pas plus confiance)

Le condamné

Pendant ce temps, à droite, un ancien Président de la République a été condamné à de la prison ferme. Oui, condamné pour corruption et trafic d’influence. Rien que ça. On pourrait se dire que la justice à fait son travail et rien d’autre que son travail. S’il y a condamnation, c’est qu’il y a suffisamment d’éléments avérés pour que celle-ci soit reconnue.

Et voilà que les ténors de la droite, d’habitudes hérauts de la fermeté face à la délinquance, jouent les vierges effarouchées, s’indignent de la lourdeur de la peine (qui est aménageable de toute façon) et remettent en cause le jugement. Pour une fois que la justice condamne un délinquant, ils et elles devraient pourtant s’en réjouir.

Il est assez surprenant de regarder le triste spectacles des ténors nationaux comme locaux, s’adonnant ainsi à la défense de celui qu’on peut désormais considérer comme un repris de justice, ce qui détonne avec leur discours sécuritaire habituel. Mais nous ne sommes plus à un paradoxe près.

Petit florilège …
Et de 100

Je profite de ce 100ème billet (et oui), pour remercier toutes celles et ceux qui me lisent, qui me soutiennent dans la drôle d’aventure qu’est ce blog. Le Monde d’après, ça sera pas pour tout de suite visiblement, mais si j’arrive à vous divertir avec les turpitudes de ce monde-ci, vous m’en voyez ravi.

Related Posts

Prends (même pas) un curly

Prends (même pas) un Curly

Il y a quelques semaines de ça, j’ai rendu mon gilet à la grande distribution. Je partais pour un autre avenir, une autre région, une autre vie……

fracture numérique escargot

Fracture numérique

Voici un mois que je me suis installé dans la campagne bretonne. C’est joli, la vie y est on ne peut plus calme et agréable… et je…

Abstention piège à cons

Abstention, piège à cons

Dimanche, on vote. Après des mois d’une campagne qui n’aura guère été inspirante, il est temps d’aller glisser son bulletin dans l’urne… même si la tentation de…

Vivement dimanche porte

Vivement dimanche

Désolé de te décevoir, amie lectrice ou ami lecteur, ce billet n’a rien à voir avec Michel Drucker et sa célèbre émission Vivement dimanche, son canapé rouge…

shallow focus photo of change

Grand changement

Cette fois, j’y suis presque. Dans une semaine, je termine mon stage, ma formation, et je déménage … à l’autre bout de la France ! Cap sur…

Respecter règles

Respecter les règles

J’ai toujours, aussi loin que je me souviennes, respecter les règles du jeu. Je travaille, je paye ce que je dois. Mais parfois, je doute que ça…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :