S03E08 : l’école (dé)connectée

Et oui, depuis ce mardi, nos chères têtes blondes (et leurs enseignant.es) sont passées en télétravail … enfin presque !

Erreur 404

Comme on pouvait s’y attendre, l’oncle Fétide Jean-Michel Blanquer a tout mis en oeuvre pour que les élèves et leurs parents ne revivent pas les scènes d’horreur de l’an dernier. Du coup, mardi matin, c’est en toute confiance que nos gamins, pleins d’entrain, se sont connectés à leur ENT, au CNED, et autres services en ligne proposés par l’Education Nationale.

Et bien évidemment, comme à chaque fois que ce Gouvernement propose un truc … ça marche pas. Les serveurs ne répondent pas, les messages d’erreur se multiplient, la connexion est lente voire impossible. Bref, on sent que cette année a été mise à profit pour ne pas développer l’école du XXIéme siècle. On comprend mieux la frénésie avec laquelle les marcheurs défendaient l’ouverture des écoles.

Avant même d’avoir les premières infos, le Ministre s’est réfugié derrière les excuses-bateau qu’on sort dans ces cas-là : c’est la faute au prestataire (vite démentie par le dit-prestataire, par ailleurs hébergeur de ce blog qui n’a pas rencontré de problèmes de disponibilité), aux collectivités qui n’ont pas renforcé les tuyaux, et ma préférée : l’attaque d’une puissance étrangère.

Je veux bien que les Russes/Chinois/Coréens du Nord (rayez la mention inutile) soient envieux de l’excellence de notre système éducatif (y’a qu’à voir à quel point on domine les classements PISA), mais de là à vouloir saboter l’exposé sur la mouche de Bastien, ou le cours de musique analysant l’oeuvre de Maître Gims, il y a un pas que je n’oserais moi-même pas franchir.

En Marche … arrière

On a aussi pu entendre l’excuse de l’attaque DDOS (pour les néophytes, c’est quand un très grand nombre de connexions simultanées arrivent sur un même serveur, saturant aussi ses capacités et le conduisant à planter). Y’a un moment, personne n’a semblé imaginer que des centaines de milliers d’élèves et leurs enseignant.es se connecteraient simultanément un mardi matin, à 8h, et que du coup il aurait été sage d’augmenter les capacités des serveurs, voire d’en rajouter, de manière à pouvoir servir tout le monde.

Aù-delà de la grande rigolade sur les réseaux sociaux, cet épisode est un révélateur de plus de la façon dont ce Gouvernement est capable de gérer les problèmes qui se présentent. Rien n’est prévu, rien n’est anticipé, rien n’est préparé… Ça fait maintenant un an que cette crise sanitaire nous frappe, ça fait maintenant un an que rien n’est préparé, que les mesures sont prises sans concertation, sans aucune préparation et sans que leurs impacts soient anticipés.

Le Président a annoncé la suppression de l’ENA… quand on voit ce qu’il en sort, on se dit que c’est peut-être pas sa pire idée finalement.

Related Posts

S03E10 : What did you expect?

Ce jeudi se tenait la traditionnelle conférence de presse du 1er Ministre. Peu d’annonces, peu de perspectives et quelques omissions. Petit débrief à froid. Couvre-feu Alors que…

S03E09 : Libéréé, délivrééé

Et voilà, nous sommes lundi matin, j’en termine avec mon isolement, il est temps de retourner dans le monde réel (ou du moins à mon quotidien boulot-bus-dodo)….

S03E07 : J’irais tousser sur vos tombes

On apprend ce matin que, pendant que la population se protège comme elle peut du COVID en faisant tourner l’économie, la haute-société parisienne se paye des menus…

S03E06 : Attrape-moi si tu peux

Après un an de travail en présentiel, à me demander comment j’ai réussi à passer entre les gouttes, le verdict est tombé hier soir : j’ai été…

S03E05 : Faire passer la pilule

Image par mmmCCC de Pixabay C’est peu dire que l’intervention présidentielle d’hier soir était attendue. La situation imposait de nouvelles mesures, plus contraignantes certes mais c’est le…

S03E04 : Le parieur

Alors que l’épidémie progresse malgré les mesures de “confinement-déconfiné“, que les hôpitaux commencent à ne plus savoir quoi faire des malades qui arrivent en nombre, que les écoles commencent à fermer d’elles-mêmes face à la masse d’enfants et de personnels malades, le Président a choisi … de ne rien faire pour le moment.

This Post Has One Comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :