Nouvelle vague

Ne vous faites aucune illusion : le variant Delta déferle sur la France, il est, en l’espace de quelques jours, devenu majoritaire sur l’ensemble du territoire et le nombre de cas repart en forte hausse. L’été sera pourri de toute façon.

Pass sanitaire

Depuis les annonces du Président de la République, les réseaux sociaux s’agitent fortement : pour les uns le pass sanitaire est une mesure liberticide, voire digne des pires dictatures (y’a quand même une différence entre un QR code sur son téléphone et une étoile jaune cousue sur sa veste), pour les autres les antivax sont des cons finis (faut dire que quand les fers de lance du camp antivax sont Francis Lalanne, Florian Philippot et consorts, ça aide pas). Ce n’est pas toujours vrai, mais il faut dire que les excès des uns et des autres n’aident pas à la sérénité des échanges.

Force est de constater que la campagne de vaccination a connu un coup d’accélérateur depuis ces annonces, et que ça va permettre d’étendre la couverture vaccinale … mais probablement pas assez vite pour éviter les conséquences de cette résurgence épidémique. Cette couverture, dans le pays, tourne autour des 40 %, c’est très largement insuffisant. Elle est bien plus élevée chez les aînés et les plus fragiles, mais le risque existe… et si pour le moment, les admissions en réa ne flambent pas, on sait aussi que le pire reste à venir d’ici une quinzaine de jours.

Reconfiner ?

C’est une hypothèse qui paraît plus que probable, d’abord parce que les capacités nos services de santé n’ont pas été étendues, que le virus va trouver pleins d’organismes accueillants (puisque non-vaccinés), et que sa contagiosité va mécaniquement augmenter le nombre de cas graves, voire létaux.

Je n’y tiens pas plus que ça. J’ai tout bien fait depuis 16 mois. J’ai continué à bosser, j’ai joué à cache-cache avec la première vague, j’ai porté le masque ; respecté les couvre-feux successifs, les confinements, j’ai chopé le virus en avril, je m’en suis (bien) sorti, et enfin je suis vacciné. Normalement, la probabilité que je sois à nouveau malade, et que je développe une forme grave est très faible.

Avec une couverture vaccinale inférieure à 50 % de la population, cette vague est inévitable, et trop rapide pour être stoppée. Il faut 5 semaines minimum après la première injection pour être totalement protégé, et au vu des courbes de progression du variant delta, on sera rapidement à 50 000 cas journaliers à cette période. Aussi on peut encore une fois s’étonner de la passivité gouvernementale devant des courbes de progression de la vaccination qui stagnaient depuis quelques semaines – et de la réticence des Français·e·s à qui il a suffi de dire que les bistrots seraient accessibles avec un pass sanitaire pour qu’ils se ruent dans les centres de vaccination.

Produit en croix

Par contre, en termes de données brutes, il sera, je pense, nécessaire de distinguer, pour les cas graves, la proportion des vaccinés de celle des non-vaccinés. Ça va faire hurler les opposants à la vaccination … c’est pourtant le seul moyen existant de prouver son efficacité aux plus sceptiques. Les chiffres qui remontent déjà d’autres pays montrent que, si le virus circule aussi dans la population vaccinée, il y fait infiniment moins de dégâts que chez les non-vaccinés, largement majoritaires dans les services de réanimation et les malheureuses et malheureux qui y laissent leur vie.

La vaccination ne m’a pas rendu invincible, je le sais, mais elle me permet malgré tout d’envisager sereinement la suite. Je peux me passer de restos, de bistrots encore pendant quelque temps si c’est nécessaire (même si ça ne m’enchante guère). S’il faut se reconfiner, ça sera à contrecœur, mais je l’accepterai. Je sais aussi que les chances que je visite un service de réa sont très faibles et ça m’arrange bien (on gueule moins facilement avec un tuyau enfoncé dans la trachée)

Et encore une fois, espérons que ça soit la dernière fois, mais j’en doute fortement.

2 réflexions sur “Nouvelle vague”

  1. voila démonstration qu’il fallait renforcer les mesures jusqu’à fin août (c’est à dire le temps de vacciner ceux qui sont « sensibles » à l’obligation prônée par Macron…

    1. Il aurait surtout mieux valu anticiper sur la couverture vaccinale qui n’est pas assez étendue pour protéger efficacement tout le monde. Là clairement on va se retrouver dedans parce qu’ils ont merdé dès janvier sur le démarrage.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :