Voilà une semaine et demi qu’à débuté cette deuxième saison du confinement. Honnêtement ça a du mal à décoller, tellement c’est peu différent de ce qu’on a connu durant l’inter-saison. Petit comparatif

Le retour des attestations

Elles vous avaient manqué ? J’avoue pour ce qui me concerne pas tant que ça. Mon employeur m’a remis mon laissez-passer à validité quasi-permanente (l’amplitude horaire en grande distrib’ fait qu’on ne peut pas établir d’horaires précis), et l’application StopCovid TéléCovid TousAntiCovid permet maintenant de générer un QRCode en 2 clics… c’est plus pratique que les papiers qui volent et s’entassent au fond du sac à dos.

Puis bon elle est vachement permissive cette nouvelle attestation : on peut aller bosser, faire les courses, sortir le chien, aller aider Mémé, retirer une commande en click&collect, faire la queue aux impôts et même aller chercher son gosse à l’école (oui ils ne les gardent pas pendant le confinement) … bref presque tout ce qu’on fait en temps normal.

Résultat, tout le monde se promène quand et comme il veut, chacun muni d’une raison presque valable d’aller en balade à l’envi … ça aide à se sentir concerné par les mesures sanitaires. Du coup les bus et trams sont tout aussi blindés qu’on période normale, les routes toutes aussi encombrées On se sent vachement plus en sécurité.

Click&Collect

Voilà c’est la nouvelle façon de faire ses courses. Tout le monde s’y met, un peu contraint et forcé. Avant tu flânais dans une boutique, tu regardais, tu choisissais, tu te faisais conseiller par un vendeur/une vendeuse qui connaissait ses produits. Aujourd’hui, tu regardes sut ton ordinateur ou ton smartphone, tu fais ta sélection, le vendeur/la vendeuse s’est reconverti en préparateur de commande, et bim tu récupères ton colis. Bonjour le contact humain, l’échange et tout ça.

Le rêve ultime des bureaucrates est accompli : tout se passe via un guichet. Ta vie ressemble désormais à une incroyable queue comme à La Poste. T’as besoin d’un jouet ? D’un bouquin ? D’une nappe ? À la queue. Et faut bien que tu aies ton pass d’abord, la fameuse commande Internet. Donc la petite mamie qui voulait faire plaisir à ses petits-enfants (qu’elle n’a de toute manière plus le droit d’approcher) est condamnée à se plier au diktat du numérique. Et en prime au retour de la file d’attente, unanimement reconnue comme modèle de protection sanitaire … on vit une époque formidable

Et ensuite ?

Ben ensuite on sait toujours pas … Ce confinement light dont on sent bien qu’il a été improvisé en dernière minute ne montre pas d’impact significatif sur la diffusion du virus, il sera donc probablement adapté (donc durci), mais tout en préservant au mieux les intérêts économiques du pays. Donc on continuera à aller travailler, à errer dans des rayons recouverts de bâches de chantier, à commander ses biens non-essentiels et à faire la queue comme en Pologne … et à creuser les déficits en créant du chômage partiel dans les commerces de toute taille. Mais les sapins seront autorisés à la vente à partir du 20 novembre, c’est le Ministre des sapins qui l’a annoncé.

Parti comme c’est, je ne vois aucun signe qui annonce qu’on aura une accalmie d’ici Noël, donc les rassemblements familiaux seront purement et simplement interdits … et Mémé savourera toute seule sa portion de dinde surgelée le soir de Noël en regardant un bêtisier à la télé avant d’aller se coucher…

Bref, un Noël so 2020 !!!

Related Posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :