Qu’est ce qu’on s’ennuie !

La France s’ennuie. La vie de nos concitoyen.nes est rythmée par le couvre-feu, les mesures des restrictions. Et parmi celles et ceux qui semblent s’ennuyer le plus, il y a les politiques et les éditorialistes.
Ils s’ennuient tellement que le moindre prétexte, la moindre petite phrase est montée en épingle pour créer la polémique.

L’islamogauchisme

Que n’a-t’on pas entendu ces derniers jours sur ce sujet épineux. Tout est parti d’une déclaration de la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, qui déclare (en 12 secondes) vouloir demander une enquête sur “l’ensemble des courants de recherche (…) dans l’Université“, précisant par la suite cibler “l’islamo-gauchisme qui gangrène la société dans son ensemble et donc l’université“.

La droite et l’extrême-droite se sont réjouies, les différents courants de la gauche se sont insurgés, et tout le monde s’est bien évidemment enflammé sur le sujet, oubliant par la même les autres sujets brûlants qui gangrènent l’Université, à commencer par la précarité étudiante. Pendant que les chercheurs demandaient la démission de la Ministre, que celle-ci profitait de son quart d’heure de gloire sur les plateaux télé, les radios et les journaux, les étudiant.e.s sont bien en peine de se procurer ne serait-ce qu’une merguez (plat islamogauchiste par excellence) pour se nourrir. Les voilà contraints à faire la queue devant les banques alimentaires ; un sujet bien plus urgent à traiter (et probablement plus consensuel qu’un débat hystérisé par des éditorialistes et des politiques en mal de renommée).

Darmanin et l’extrême-droite

Covid ou pas, il ya aura une présidentielle l’an prochain. Et clairement, le Président a envoyé son Ministre de l’Intérieur en mission commando, pour draguer les électeurs de l’extrême-droite. Depuis, on voit Gérald Darmanin débattre avec Marine Le Pen, puis le multi-récidiviste islamophobe Eric Zemmour, disant à l’une qu’elle est “trop molle“ et à l’autre … pas grand chose finalement.

Ce faisant, Darmanin termine le travail de dédiabolisation de l’extrême-droite, entamé depuis 10 ans et alimenté par Cnews depuis la reprise en main par Bolloré, qui ne s’est jamais caché de ses intentions. Du coup, chacun y va de sa petite musique, dont on connaît le but final : faire passer le RN comme le seul adversaire de LREM, et jouer avec le feu. D’autres s’y sont déjà brûlés, et cette fois-ci, la France pourrait s’en mordre les doigts.

L’écriture inclusive

Celui-ci est plus ancien, mais pas moins dépassionné. Que n’entend-on pas sur ce sujet : on dénature la langue française, c’est moche, c’est difficile à lire et à écrire, on va réécrire tous les textes des grandes oeuvres (ça c’est n’importe quoi, ça n’a jamais été le cas)… Oui ce n’est pas évident d’inclure tout le monde, quand on a passé 500 ans à exclure la moitié de la population. Et ça demande un effort intellectuel, qui passe aussi par le langage. Mais Elodie en parle tellement mieux que moi.

A l’heure ou la pandémie fait encore des ravages sanitaires et sociaux, ne serait-il pas temps que nos politiques arrêtent de s’ennuyer et se préoccupent un peu plus de trouver des moyens de nous sortir de “la merde“ ? Les Français.e.s auront tout loisir de placer le point médian où ils le veulent autour d’un couscous-merguez une fois cette crise derrière nous. Pour le moment, ce n’est pas de divisons futiles dont nous avons besoin, mais qui tous nos efforts soient concentrés vers le même objectif.

Extrait de Chez Pol du 25/02/2020

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :